Les 10 P

Premier P comme “Putain j’ai pas écrit depuis deux mois !”. Je suis désolée de cette absence (même si je poste des nouvelles ailleurs que sur ce blog), c’est honteux ! Mais j’ai l’impression que le temps passe trop vite pour moi. Vous m’excusez ?

Deuxième P comme “Pourim”. Dans la rue les gens sont encore déguisés, c’est vraiment incroyable cette ambiance. Au boulot, au resto, dans le bus, dans les magasins, même à la plage il y a davantage de personnes en déguisements que de personnes “en civil”. C’est dingue ! Pour ma part, j’ai voulu changer un peu cette année et m’acheter un déguisement mais tous les magasins étaient pris d’assaut alors j’ai renoncé. J’ai ressorti mes classiques (Catwoman, Black Swan) et j’ai improvisé une coiffure d’Amy Winehouse assortie d’un gros coup de khôl noir. On fera mieux l’année prochaine, c’est pas grave.

Troisième P comme “Professionnel”. Le 8 mars marquait mon sixième mois dans mon boulot, c’est un record ! Tous mes postes précédents avaient plutôt été de courte durée. Mais là je suis contente, je fais des choses qui me motivent et m’intéressent, je progresse, je découvre et surtout, je ne me lasse pas. Alors espérons que ça continue.

Quatrième P comme “Plage”. Devinette : que fait-on à la pause déjeuner quand le thermomètre affiche 30 degrés, qu’on travaille à cinq minutes à pied de la mer et qu’on a chaud ? Eh bien on va se baigner, pardi ! Pour ça, c’est vraiment cool de vivre à Tel Aviv.

 

 

Cinquième P comme “Pompes”. Je me suis inscrite à la salle de sport et ça fait du bien. Même si ça fait quand même mal un peu.

Sixième P comme “Plans”. Ma soeur se marie en juin et août. Il va falloir trouver une robe mais, vu comme les Israéliennes ont le sens de la *mode*, je ne suis pas très rassurée pour mon shopping. Je pense que je ferai mes emplettes lors de ma prochaine visite parisienne en juin.

 

 

Septième P comme “Panda”. Un seul être revient et tout est ensoleillé.

Huitième P comme “Pumba”. Ma meilleure copine Camille va venir me rendre visite à la fin du mois. Ce sera sa première fois en Israël ! J’ai vraiment hâte de l’accueillir ici !!

Neuvième P comme “Pessah”. C’est déjà dans un mois ! Franchement, ça va trop vite pour moi. Pour la première fois depuis mon Alyah, je ne serai pas en France pour l’occasion.

Dixième P comme “Pourvu que ça dure”. Six mois à Tel Aviv et, même si Jérusalem me manque, je suis heureuse ici. Tout n’est pas parfait sous le soleil mais je n’ai pas à me plaindre.

A bientôt !

 

 

 

Advertisements

Deux ans


Et voilà, deux ans d’Alyah.

Deux ans que je suis partie, même si je suis pas mal revenue en France, et pas toujours pour des bonnes nouvelles.

Deux ans et quelques personnes qui sont sorties de ma vie, d’autres qui y sont rentrées, d’autres qui n’en ont pas bougé.

Deux ans et une nouvelle vie dans une nouvelle ville, un au-revoir (mais certainement pas un adieu) à Jérusalem, de nouvelles découvertes tous les jours à Tel Aviv qui ne cesse de me surprendre, un boulot stable dans le milieu de la beauté (un rêve qui se réalise !), la mer que je contemple tous les jours, les couchers de soleil dont je ne me lasse pas… Mais aussi la pluie, le vent qui souffle si fort qu’il me réveille la nuit, les démarches administratives pas toujours évidentes, le bus 10 qui ne veut pas passer juste les jours où je décide de le prendre, le manque de fiabilité de certaines personnes et la futilité des autres, quelques déceptions parce que rien n’est jamais parfait mais c’est comme ça.

Deux ans et des visites qui font chaud au coeur : mon père (deux fois !), ma mère, une soeur, une cousine, des amies… J’espère que vous viendrez me voir en 2017 ! C’est toujours un bonheur de voir les gens qu’on aime et de savourer ensemble ce que la vie ici à nous offrir.

Que retenir de cette nouvelle année passée ici ? Que la vie est belle quand on décide de la voir ainsi, que les épreuves sont là mais qu’elles se franchissent si l’on s’en donne les moyens et que chaque instant que nous vivons est précieux. Et quel meilleur endroit pour profiter de la vie que celui où je suis ?

A bientôt, bonne année 2017
 

Courrier à l’heure d’hiver

img_2947
Le passage à l’heure d’hiver est passé depuis une semaine seulement et pourtant, ici on se l’est pris de manière assez violente.

J’avoue que la première nuit, l’effet a été plutôt appréciable, j’ai eu l’impression de faire un tour de cadran. Mais quand j’ai vu le soleil se coucher à même pas 17 heures le lendemain, autant dire que j’étais tout de suite carrément moins ravie. Autant s’y habituer, maintenant c’est comme ça que ça se passe :

Le matin : tout va bien. Il fait beau et chaud, le peuple est heureux.
Le midi : on a déjà l’impression qu’il est 14 heures.
A 14 heures (justement) : on dirait que c’est l’heure du goûter
A 15 heures : il commence à faire un peu frisquet. Si on est à la plage, faut rentrer.
A 16 heures : on se prépare au coucher de soleil
A 17 heures : le pull est de rigueur
A 18 heures : il fait nuit noire
A 20 heures : comment dire… Eh bien on a envie d’aller se coucher

Je vous épargne la suite mais, en un mot comme en cent, ce passage à l’heure d’hiver est carrément déprimant ! Le pire, c’est qu’au bureau j’ai les fenêtres en face de moi et que je vois le ciel tout noir à partir de 17 heures. Franchement, ça m’angoisse plus qu’autre chose. Mais bon, c’est comme ça ! Et comme ils disent dans la pub pour SFR “Et c’est pas fini !”. Les températures sont toujours agréables, pour ça je ne me plains pas, mais voir la nuit tomber si vite, ça a une influence (un peu trop forte) sur moi. Bon, vivement le printemps, réveillez-moi dans quatre mois, merci.

img_2958Et puisqu’on parle de décalage, j’ai reçu aujourd’hui du courrier qui date de septembre ! Mes cousines m’ont envoyé un super colis avec de jolis cadeaux pour mon anniversaire et je n’ai pu l’ouvrir que ce matin ! Je maudis la Poste israélienne à un point… Et j’ai aussi reçu une carte postale chorale de ma mère, mes soeurs, ma cousine, mes petits cousins et ma tante. Tout ça, il n’y a pas à dire, ça réchauffe mieux qu’un chocolat chaud quand il n’y a plus de soleil. Donc je suis très contente d’avoir reçu tout ça mais en même temps, je suis assez déçue d’avoir dû attendre tant de temps.

Mon père arrive demain, avec aussi quelques surprises pour moi. Je suis si heureuse ! Il n’y a rien qui ne me fait plus plaisir que d’avoir de la visite.

Avec tout ça, j’ai de quoi faire des réserves de joie pour me remplir le coeur les jours où le ciel devient trop noir trop vite.

A bientôt !

img_2953-1 img_2954

Légendes d’automne

Soyons clairs : à Tel Aviv, c’est l’automne qui est une légende. Nous sommes fin octobre et je me promène toujours en tongs et short en jeans (oui oui, même pour aller au travail). En fait, c’est juste l’été qui ne finit pas. Le soir il fait un peu plus frais et je dors avec un drap sur moi (mais attention, la couette est restée rangée au placard). Bref, le froid c’est pas encore pour tout de suite ! Je ne vais pas m’en plaindre, surtout quand je vois la météo en France. Courage ! Si je pouvais vous envoyer des colis avec du soleil dedans, je le ferais (et même plusieurs fois par jour).
Le temps qu’il fait : sujet sur-traité. On passe à la suite, je n’en rajoute pas ❤

Voilà donc trois semaines que je suis installée dans mon appartement. Plus la trace d’un seul carton, plus de résidus de gros scotch marron dégueulasse, plus de valises : ça y est. Ma maison est présentable. Le jardin a encore besoin d’un petit lifting mais à part ça je suis contente : j’ai un nouveau matelas que mon dos aime beaucoup, des rangements, plein de nouvelles petites choses (plus ou moins indispensables) achetées chez Ikea et Fox Home, j’ai commencé à accrocher quelques photos au mur et sur mon frigo. Bref, je suis chez moi. Et ça fait du bien.

Le matin je me lève assez tôt, je vais au travail à pied en longeant la mer et, quand je suis en retard ou d’humeur paresseuse (ce qui peut arriver), je prends le bus. Et il m’arrive d’avoir mauvaise conscience, j’avoue. Quand je suis en avance, je fais un crochet par le shouk ou par le traiteur סבתות משלמםת et je m’achète de quoi déjeuner : riz ou petites pâtes et mini schnitzels. C’est vraiment pratique car c’est à cinq minutes à pieds du boulot. Parfois, je cuisine à la maison et j’emporte ma gamelle, et parfois je prends un sandwich au pastrami (super bon) au Aroma (l’équivalent israélien de Starbucks, ndlr) juste en bas du travail. J’essaye de varier pour ne pas me lasser et je tâche de ne pas trop dépenser parce que ça va vite, mine de rien !

Comme mes journées finissent tôt (18 heures), ça me laisse le temps de faire encore pas mal de choses après le boulot. Je peux aller au shouk (encore lui !) acheter des fruits et des légumes chez mon marchand préféré qui est toujours sympa, je peux être flemmarde et prendre le bus, je peux aller flâner au centre commercial, je peux aller à la plage prendre des photos du coucher du soleil (ces derniers temps, je suis assez synchro mais ça ne va pas durer avec les jours qui raccourcissent !). Je suis vraiment contente car mon appart est super bien situé, je suis proche de tout et du coup, je peux quasiment tout faire à pied. Un vrai luxe. Quand je rentre du bureau à pied en longeant la plage, je me dis que j’ai une chance incroyable, comparé à toutes ces années de RATP. C’est une chance e et j’en ai conscience.

Le soir, soit je sors, soit je fais du rangement ou une machine, soit je regarde un film, soit je vais faire du sport. Encore une fois, je suis ravie de pouvoir vivre là où je suis car la mer est toute proche. Je vais courir jusqu’au port, parfois plus loin. La dernière fois j’ai poussé très très au Nord, j’étais même plus loin que l’aéroport de Sde Dov. J’étais épuisée mais trop fière. Ces petites sessions de sport en plein air me font énormément de bien. Elles me permettent de respirer, de m’aérer l’esprit et de me maintenir en forme. Et quel bonheur de sentir la brise et les embruns ! Autant dire que quand je rentre chez moi, je suis une loque. Je file sous la douche puis au lit et je m’endors encore plus vite qu’un bébé.

Le week-end, je profite de la plage (non, je ne me suis pas encore lassée !) et je vais aussi parfois à la piscine Gordon (mais de manière beaucoup moins fréquente car le prix de l’entrée est indécent). Si jamais il me manque quelque chose à la maison, j’ai trois supermarchés pas loin qui sont ouverts 24h/24 et 7j/7, c’est bien pratique. Le seul jour où ils sont fermés, c’est à Kippour. D’ailleurs en parlant de Kippour, c’était vraiment particulier. Tous les gens faisaient du vélo ou marchaient sur la route, profitant de l’absence de voitures. Vraiment, une expérience incroyable à vivre ! Je m’en souviendrai.

Voilà quelques petites photos.

A bientôt !

 

Installée 

Il y a tout juste un mois, je quittai Jérusalem pour Tel Aviv avec mes dizaines de valises, sacs et cartons. J’avais les bras chargés mais un emploi du temps vide, aucun plan à long terme, pas de perspectives d’avenir, pas d’appartement ni de boulot (pleurez, pleurez, je fais bien le Caliméro), juste un mois chez Sosso, “le temps de trouver”. 

Et me voilà, tout juste un mois plus tard, dans mon nouveau lit, entourée de bordel mais installée dans mon nouvel appartement. Après plusieurs visites, beaucoup de questionnements, de désillusions, de surprises, de rebondissements, d’endroits plus ou moins jolis, me voilà enfin chez moi. C’est petit, c’est joli, c’est bien situé, c’est meublé, c’est ensoleillé et je m’y sens bien. 

Les quatre prochains jours sont fériés et vont donc me laisser le temps de m’installer tranquillement, de défaire mes valises et de prendre mes marques. Ça y est, je suis chez moi ! Toute seule ! Finie la colocation après presque deux ans de Steph, Sandra et Sophie. Aujourd’hui, je reprends une vie de lonesome Telavivit. 

Seule ? Vraiment ? Pas tant que ça. Mes amies sont là et, très bientôt, mon père viendra. Tout est prêt pour le recevoir ! Vous aussi vous avez envie de venir ? Je vous attends ! Si ça peut aider, sachez que j’habite à 5 petites minutes à pied de la plage… Alors, tentés ?

À bientôt !

Tel Avivisme


Voilà 14 jours que je suis officiellement une habitante de la Ville Blanche.

Blanche, ce n’est pas exactement la couleur de ma peau qui absorbe chaque jour une quantité plus ou moins importante de soleil. Nous sommes mi-septembre et pourtant la chaleur n’a toujours pas songé à déserter, le temps est au beau fixe tous les jours sans exception. Oui, je sais que ça fait rêver. Mais je dois avouer qu’il m’arrive parfois d’envier les personnes que je vous à la télé avec des chemises, des pulls, des gilets… Oui, oui, je fantasme sur les fringues d’hiver ! Je ne pensais pas que ça pourrait m’arriver un jour mais voilà un drôle d’effet secondaire de la vie à Tel Aviv.

J’ai trouvé un travail qui me plaît beaucoup et pour lequel tout est allé très vite. Mardi dernier, une amie de ma mère (suivie de ma cousine) m’a fait passer l’annonce pour le job, mercredi j’étais en entretien (entretien que j’avais conclu par un “J’espère que les candidates qui passeront après seront nulles ! ” aussi spontané que culotté) et jeudi matin je débutais ma mission. Comme quoi, dire des bêtises ça sert. J’ai un peu honte quand je repense à cette phrase qui est sortie toute seule mais je ne la regrette pas. D’autant plus que j’avais vraiment le profil.


Ce boulot se trouve à même pas un quart d’heure à pied de l’appartement de ma copine Sosso chez qui je suis et c’est un vrai bonheur de longer la mer chaque matin et chaque soir. Franchement, quelle qualité de vie incroyable ! Mais le 1er octobre, ce sera terminé et il faudra que je trouve un autre toit pour vivre. Le plan pour le moment est de récupérer l’appartement de ma copine Yaël (décidément, que serais-je sans mes copines ?) mais il y a deux éléments qui m’ennuient un peu : ça ne pourra officiellement pas se faire avant le 1er novembre et, deuxième hic, le prix du loyer est quelque peu au-dessus de mes moyens. Mais il faut ce qu’il faut pour avoir un appartement top, entièrement meublé et, qui plus est, bien situé. La solution ? Trouver un petit boulot d’appoint pour compléter mes revenus. A creuser, donc.

Ces considérations mises à part, je suis assez fatiguée car je ne dors pas assez mais je vais vite reprendre le pli de la vie de salariée debout tous les matins à 8 heures après avoir passé ces derniers mois à faire des grasses matinées de marmotte israélienne (c’est du propre). Le week-end je prends un bouquin et je vais à la plage (qui se trouve à 3 minutes à pied de la maison, quelle merveille), le soir je vais marcher sur la promenade qui borde la plage, j’essaye de ne pas trop craquer dans les restos et magasins même si la tentation et partout… Bref, la vie active sous le soleil et au bord de la mer ! Les touristes ne sont plus là et l’humidité estivale commence à se calmer. Ca fait du bien.


Mon anniversaire arrive à grands pas, dans six petits jours maintenant. J’ai toujours un petit pincement au coeur quand je pense que je serai loin de mes parents, de mes soeurs et de mes copines françaises… Mais c’est la vie ! Et, en guise de lot de consolation, mon père a prévu de venir faire du volontariat en novembre (youpi !) et moi j’ai prévu de venir passer une semaine à Paris pour les fêtes. A défaut d’autre chose, c’est toujours ça de pris !

Et vous, comment ça va ? Vous me manquez.

 

Des chiffres (et pas de lettres)

Petit bilan chiffré des mes débuts dans la Ville Blanche :

  • Nombre de jours depuis mon arrivée : 4
  • Température moyenne : 28°C
    (température ressentie : 52)
  • Taux d’humidité : 400 %
  • Nombre de fois où j’ai dit aux gens que je rencontrais “Je t’embrasse pas, je colle” : 48
  • Nombre de visites d’appartements : 1
  • Nombre de CVS envoyés : 23
  • Nombre de repas au restaurant : 3
  • Nombre de kilomètres marchés : 36
  • Nombre de personnes qui m’ont mal regardée parce que je me promène en short : 0
  • Nombre de jours restants pour trouver un job et un appart : 25

Allez allez, ça va bien se passer !

 

Bonjour Tel Aviv !

Après un déménagement pour le moins sportif et émouvant (ça été dur de quitter Sandra et notre appart qu’on aimait tant), me voici officiellement habitante de Tel Aviv. Ça fait tout drôle ! Mais je pense que je vais m’y faire.

Adieu les montagnes, l’air frais, le Kotel, la Tahana Rishona, les soirées au shouk, le footing le long des rails… Bonjour la mer, la chaleur, les tentations à chaque coin de rue et l’énergie !

Ce mois-ci, j’ai deux objectifs : trouver un appart (car je ne vais pas rester plus d’un mois chez Sosso) et trouver un job. Mon CV est refait et j’ai déjà répondu à des annonces. Maintenant que les vacances sont terminées, c’est le moment de le diffuser ! Je sais qu’à Tel Aviv les opportunités seront plus nombreuses qu’à Jérusalem.

Evidemment, il faudra également que je continue à bûcher mon hébreu car l’oulpan n’est pas fini et je voudrais mettre à profit ce dernier mois pour continuer à progresser (je sens que je me suis vraiment améliorée et ça fait plaisir).

Dans les objectifs à plus long terme, il faut aussi que je passe l’équivalence de mon permis de conduire et, pour ça, je crois que ne plus être dans les montagnes est une bonne chose (va de rétro, le démarrage en côte !).

Voilà où nous en sommes pour le moment, donc ! Un nouveau départ et une nouvelle vi(ll)e (jeu de mot emprunté, merci Pogué !). En attendant, Chabbat Chalom et à bientôt.