Pendant ce temps, à Jérusalem…

Je suis une mauvaise fille, je n’ai pas alimenté le blog depuis bien longtemps et pour cause : mes journées sont toutes très occupées car j’ai enfin trouvé un travail !

Du coup je ne vous ai pas parlé de Yom Hazikaron ni de Yom Haatsmaout. Et croyez bien que je le regrette car ce furent deux moments très importants.

Yom Hazikaron tout d’abord, le jour où l’on se souvient de tous les soldats qui sont morts pour Israël, tous ces jeunes gens qui ont payé de leur vie pour que nous puissions vivre ici. La cérémonie du soir puis celle du matin ont été extrêmement dures et au-delà de la tristesse. Nous avons entendu des témoignages de jeunes femmes et garçons qui parlaient de leur frère, de leur cousin, de leur copain… Difficile de ne pas pleurer face à leur immense peine et aux sanglots qu’ils n’arrivaient pas à contenir. Un petit film nous a été diffusé et je voudrais que vous le voyiez :

http://rootsisrael.com/rase-yomhazikaron%E2%80%AC/

J’ai une pensée pour tous ceux qui nous défendent au quotidien et pour leurs familles qui perdent souvent des enfants bien trop jeunes.

Yom Haatsmaout ensuite, le jour de l’indépendance d’Israël. 67 ans ! Forcément, ça se fête. Pour l’occasion, tous les bâtiments étaient ornés de drapeaux, les maisons, les magasins, les hôtels. Il y avait des drapeaux absolument partout, dans les cours, dans les rues, sur les voitures… Tout le monde était habillé en blanc et bleu. Dans l’air, une seule odeur : celle de la viande. Car qui dit Yom Haatsmaout dit barbecue. Même à l’oulpan ils ont fait sauter le budget Sodexo et nous ont préparé de la viande. C’était bon.

C’était assez incroyable de passer des larmes du matin à la fête le soir. Dans la rue c’était un vrai jeu vidéo : on slalomait entre les gosses, les adultes, les ados, les gens avec des gros marteaux gonflables, les poussettes. Feux d’artifice, musique à fond et des fêtes à chaque coin de rue. Qui pouvait croire que le matin même on écoutait la sirène le coeur serré ? Nous sommes allés à une soirée à Mamila. C’était une super sensation de danser avec la vue sur les murailles de la vieille ville dans ce cadre si beau. Il faisait un peu froid et c’était le seul point négatif. Mis à part ça, ce fut une belle fête : le DJ ne passait que des chansons en hébreu et ça fait du bien !

Le lendemain nous n’avons pas eu cours. Encore un avantage des jours de fête ! Le midi le soleil était de retour alors nous en avons profité pour improviser un petit barbecue sur la terrasse secrète de l’oulpan, un endroit méconnu toujours ensoleillé et très agréable.

Puis la vie a repris son cours et moi j’ai trouvé un job. Un job très sympa dans lequel je me sens bien avec une chef WonderWoman qui gère aussi bien son agence de comm que sa vie de famille… et qui m’achète des petits croissants quand je bosse, qui me dépose en voiture quand j’ai rendez-vous en ville après le travail, qui lit mes articles sur Roots et qui m’écrit pour me dire qu’elle a bien ri. L’autre avantage de ce travail c’est que je ne fais jamais tous les jours la même chose et pour moi qui me lasse très vite, c’est vraiment bien d’avoir des tâches différentes chaque jour.

Enfin, la dernière chose qui me plaît, c’est le trajet. Quand le bus daigne se pointer à l’heure (ce qui n’est pas tous les jours le cas), j’en ai pour dix minutes. Et quand j’ai du temps devant moi, je sors mes lunettes de soleil (les 33 degrés à l’ombre m’y contraignent) et j’y vais à pied. Le chemin par lequel je passe est très sympa, sauf les quinze premières minutes qui ne sont qu’une immense montée bien raide durant laquelle je souffre considérablement (mais c’est bon pour moi, me direz-vous). La récompense de ladite montée est le passage par la Tayelet Haas qui me comble de sérénité et de bonheur à chaque fois que j’y suis. Je crois que je ne me lasserai jamais. Voilà, si vous voulez être un peu avec moi sur le trajet, la musique que j’écoute pour m’accompagner en douceur :

Et voici, pour finir, quelques petites photos

IMG_9250 DSC00244 DSC00249 DSC00256 DSC00257 DSC00258 DSC00265 IMG_0965 IMG_9260 DSC00272 DSC00273 IMG_9284 IMG_9285 IMG_9286

Advertisements

2 thoughts on “Pendant ce temps, à Jérusalem…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: