Le dimanche à Bamako, c’est le jour des mariages…

… Et le samedi en Israël, cest le jour de la plage.

Quand arrive le jeudi midi, je retrouve la douce sensation de mes vendredis de collégienne quand je sortais à 14h et que j’avais l’impression que mon week-end était en avance. Ici à 12:30, c’est pareil. Je sors de classe et je suis toute légère. Je sais que j’ai des devoirs à faire mais je me sens libre, demain matin je dors et après je prends le bus pour aller passer Chabbat loin de mes chères montagnes de Jerusalem.

Ces courtes (mais agréables !) escapades chabbatiques sont souvent l’occasion pour moi de mettre en pratique ce que j’ai appris au cours de la semaine : nouveaux noms, nouveaux adjectifs, nouveaux verbes, nouvelles prépositions. Ça commence à la gare des bus. Au début j’étais perdue (et en retard) (donc stressée) (combinaison infernale) alors je demandais mon chemin en anglais, pas fière de moi. La deuxième fois je suis toujours perdue mais je demande mon chemin en hébreu parce que je sais faire des phrases complètes. On progresse. Et finalement je commence à connaître la gare donc je n’ai plus besoin de demander. C’est même moi qui renseigne les gens maintenant. Dans le bus j’écoute la radio et parfois j’arrive à comprendre quelques paroles de chansons.

Quand je vais au restaurant ou à la plage (oui oui, la plage en février) pour prendre un petit-déjeuner, je mets un point d’honneur à parler hébreu pour dire bonjour, dire que nous sommes deux, que nous voulons manger… et pour demander si je peux avoir le menu écrit en anglais. Puis je passe ma commande en hébreu parce que je sais dire ce que je veux, finalement. Les Shadocks n’auraient pas fait mieux ! Parfois c’est un peu difficile parce que je veux des œufs au plat et que je ne connais pas encore toutes les manières de faire les œufs en hébreu (et que, accessoirement, le serveur ne parle pas anglais). Voilà une chose que je me hâterai d’apprendre en rentrant. En attendant, une omelette ça se dit pareil qu’en français et c’est bon quand même.

J’adore ces moments où je me rends compte que j’ai appris plein de nouvelles choses en cours et que je peux les réutiliser dans la vie quotidienne. Je sens que je fais des progrès. Chaque Chabbat je suis un peu plus confiante, un peu plus à l’aise. Alors oui, c’est vrai que ce n’est pas toujours très fluide quand je parle et que j’ai un accent français (que j’essaye de planquer) mais peu importe, au moins je parle hébreu ! Et ça me plaît de me dire que j’arrive à comprendre et me faire comprendre. Quand je bute, je me dis que ça sera mieux Chabbat prochain.

En attendant le prochain week-end et ma future destination chabbatique, demain commence une nouvelle semaine, toujours dans la queue du lion. D’ailleurs, si j’en crois mes avancées, je crois pouvoir dire que je j’ai quitté la queue pour le dos. Bientôt la crinière ? Je l’espère !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: