Le premier jour du reste de ma vie

8h15 ce matin, début des cours. Dans ma classe de grands débutants, nous sommes 15. Des Français, des Russes, des Brésiliens, une Péruvienne (ma copine Daniela), une Turque et un Italien. L’auberge espagnole a déménagé à Jerusalem. Notre prof s’appelle Sharon, elle est blonde et d’apparence, elle n’a pas l’air sévère. C’est déjà ça. Elle ne parle pas un mot de français, un peu anglais mais elle dit qu’elle ne parlera qu’en hébreu, il paraît que ça rentre mieux comme ça. That’s what she said.

On se présente, on apprend nos premiers mots, on hésite, on bafouille, on se jette des regards pas rassurés, c’est un CP d’adultes. Sharon nous offre ensuite à un chacun notre cadeau (matana) : une pochette contenant un petit cahier, un crayon et un paquet de Bamba. Parce que les Bamba, en Israël, “zé ‘hashouv” (c’est important). Tu m’étonnes. Puis elle sort un journal (iton) et nous distribue à chacun une double page.

En avant pour les lettres.
Aleph, mème, tav, noun, yod et hé.
א, מ, ת, נ, י, ה
Mais ? Cest pas l’ordre qu’on connaît ? Tant pis. C’est elle la prof, elle sait ce qu’elle fait. Pour chaque lettre que nous apprenons, en plus de faire des lignes d’écriture, nous devons trouver des mots qui commencent par cette lettre puis la repérer et l’entourer dans notre page de journal. Je trouve ça intéressant et bien pensé comme méthode. Ça permet de bien se familiariser. D’autant plus qu’on remarque de légères variations en fonction des polices de caractères. Au bout des six lettres, nous passons aux exercices pratiques dans un gros livre jaune qu’elle vient de nous donner. Lecture, dialogues, passage au tableau pour écrire des prénoms… Ce ne sont pas Pierre, Paul et Magali comme quand j’avais 6 ans, aujourd’hui ce sont Hannah, Tami et Mati. Et moi j’ai 31 ans.

Une petite dictée de tous les mots que nous avons appris pour finir et nous voilà libérés… mais avec des devoirs pour le lendemain. Une notion que j’avais totalement oubliée mais que je vais devoir réintégrer pronto. Un déjeuner rapide au réfectoire et je remonte dans ma chambre pour les faire tant que mes souvenirs sont encore frais. À moins que ça ne soit pour être débarrassé plus vite ? Allez savoir…

2015/01/img_0368-0.jpg

2015/01/img_0372-0.jpg

2015/01/img_0914.jpg

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: